les actus



armelle Medere
Parmi tous les auteurs, certains ont une relation particulière avec Bois-Colombes, que ce soit parce qu'ils y habitent, ou parce qu'ils ont rencontré leur futur métier grâce au festival BD, ou encore parce qu'ils ont participé voire gagné un prix lors du concours.
Cette année, nous les avons fait parler.
Voici leur portrait et un petit bout de leur histoire.


Chloé Ménager, 24 ans, illustratrice

Chloé a gagné tellement de prix au concours BD qu'on ne pourrait tous les nommer : 5 prix sur les 5 éditions auxquelles elle a participées, un record ! Cette toute jeune illustratrice fréquente l'atelier bois-colombien Gribouillis depuis l'âge de 9 ans : «Un samedi sans Gribouillis, j'imagine pas ! »

Après une formation à l'Institut des Arts Appliqués à Paris, elle travaille aujourd'hui dans les films d'animation en dessinant les décors ou le design des objets pour des films en 3D (comme par exemple, Belle et Sébastien des studios Gaumont).
«Je n'ai pas trop confiance en moi à la base, et de participer aux concours m'a beaucoup aidée. J'étais obligée d'aller au bout de mon idée et d'être rigoureuse, c'est très formateur.»

Des idées, Chloé en a à revendre et son coup de crayon s'est affirmé depuis son lion à la crinière bleue. Pour sa dernière participation, en 2015, elle a reçu le prix Coup de cœur tant ses "Fêlés du bocal" (p.79) ont ravi le jury !
«Il ne faut pas avoir peur du jugement des autres et y aller à fond, faire ce qu'on aime. On pense toujours dessiner mal, mais ça n'est pas ce qui compte le plus.»

Aujourd'hui, elle travaille sur un projet de livre jeunesse dont on espère bien voir l'aboutissement bientôt.

Pour découvrir son travail : https://chloemenager.wixsite.com/petite-bulle#



Gilles Philipps, 47 ans, professeur de français

Bois-Colombien depuis une vingtaine d'années, Gilles était là dès la 1re édition du festival. En 2012, pour le concours de BD, il gagne le 2e prix de la catégorie adultes.

Il présente alors des extrait d'un projet de bande dessinée qui mûrit déjà depuis longtemps. «Dans le jury, il y avait Hermann que j'aime bien. Je me suis dit que si ça passait avec deux planches, c'était peut-être possible d'aller plus loin...»

Quatre ans après, cela donne une bande dessinée noir et blanc superbe, Le Revenant.
Inspiré par le thème indémodable de Don Quichotte, Gilles croque un vieux soldat qui revient sur ses terres après vingt ans de guerre pour mourir dans son château. Il est devenu fou et personne ne le reconnaît... «Le personnage de Don Quichotte me hante depuis toujours, mais c'est en entendant la chanson de Jacques Brel, L'Homme de la Mancha, que j'ai eu les images de la BD en tête.»

Si Gilles écrit le scénario, il dessine aussi. Tous les matins, il s'impose cette discipline. «Dessiner, c'est un vrai métier. Dessiner toujours le même personnage est parfois lassant, certains dessins ne sont pas agréables à faire, mais il faut y aller et terminer l'ouvrage !»

Lui aussi sera présent lors du festival pour dédicacer son album.

Le Revenant, éditions Pottok, 15 €


Jérémie Bouet, 34 ans, storyboarder

Ancien Bois-Colombien, gagnant du 1er prix adulte en 2012, Jérémie Bouet revient toujours au festival de BD avec autant de plaisir. «Quand j'ai participé au concours, j'écrivais déjà des histoires et c'était plus facile de les transcrire en bande dessinée qu'en dessin animé. J'étais content de rencontrer Hermann que je connaissais depuis tout petit. Il m'a donné des conseils, c'est toujours important quand on débute.»

Après une formation à l'école Pivaut à Nantes, Jérémie travaille dans différentes sociétés de productions pour des projets de séries animées en 2D et en 3D. En parallèle, il poursuit son projet de bande dessinée : Le Nayan, une histoire qui se déroule dans une Inde fantasmée, en noir et blanc et avec des dessins d'une précision stupéfiante.

«Le noir et blanc, c'est compliqué à vendre à un éditeur… mais c'est comme ça que je vois mon histoire, je trouverai bien !»

Pour découvrir son travail : https://jeremiebouet.wixsite.com/jeremie-bouet


Raphaël Ollé-Cervera, 50 ans, storyboarder et illustrateur

Raphaël est bois-colombien depuis peu. Mais il a entendu parler du festival BD depuis longtemps ! Illustrateur pour le cinéma et l'édition, il réalise des affiches de films ou des storyboards (il a travaillé notamment sur le film d'animation Titeuf de Zep).
«J'ai de la chance de dessiner tous les jours. La bande dessinée, c'est plus personnel.»

Avec un ami scénariste, ils ont imaginé depuis vingt ans tout un monde fantastique avec un jeu de cartes «Le Monde des Trilunes» - un concurrent des cartes Magic ! -, un jeu de plateau «La Hache et le feu» avec des cartes et un livre de règles...
De cet univers est née toute une histoire qui prend la forme d'une trilogie en bande dessinée,Yurlh, le Cycle de l'Eternel autoéditée là aussi grâce au financement participatif (le lien : https://fr.ulule.com/yurlh/)

Le 1er tome de cette trilogie, Le Lien d'os, est sorti en 2016 ; la suite est prévue en 2020 avec le 2e tome Le Lien de sang, puis le 3e tome Le Lien de chair. Vous suivrez les aventures de Yurlh seul détenteur d'un pouvoir d'immortalité, d'un empereur despote, d'un devin, de sorcières, du peuple des araignées tisseuses de toiles… Raphaël passe donc du côté des auteurs de BD pour son plus grand plaisir et celui des amateurs d'heroïc fantasy, de Donjons et dragons et de Conan, autant de références revendiquées pour Yurlh.

Il sera lui aussi présent pour une séance de dédicace pendant le festival.

Yurlh, éditions AtomX, 15€


Jean-Marc Zakine, 53 ans, dentiste

Ce Bois-Colombien, dentiste de métier, aime dessiner depuis qu'il est enfant mais de là à publier un jour une bande dessinée, Jean-Marc n'en revient toujours pas.
Avec des planches de sa future bande dessinée, il a participé plusieurs fois au concours du festival de BD... qu'il n'a pas gagné. Qu'à cela ne tienne, les bons conseils reçus à ce moment lui ont permis d'avancer. «Deux auteurs ont pris du temps pour m'expliquer certaines techniques et ils m'ont notamment orienté vers un prof de BD à Courbevoie. Là, j'ai appris à casser les cases !».

Après quatre ans de travail, en avril 2018, Jean-Marc sort son premier album, L'Emprise, avec l'éditeur Sandawe. Ce thriller fantastique raconte l'histoire d'une organisation scientifique secrète. Il est question de virus mortel, d'enlèvement, d'extra-terrestres… «J'ai été bercée par les épisodes de la Quatrième dimension. Ce genre d'histoires, c'est ce que j'aimais !»
Aujourd'hui, la suite de L'Emprise, L'Affrontement, est en préparation. Comme pour le 1er tome, Jean-Marc a lancé une campagne de crowfounding (le lien : https://sandawe.com/fr/projets-auto-finances/l-emprise-2-l-affrontement) pour publier le 2e tome.

De dédicace en dédicace – vous l'avez peut-être croisé à la médiathèque en juin dernier – Jean-Marc sera présent pour cette 7e édition du festival. A son tour, avec une bonne humeur et un enthousiasme communicatif, il pourra conseiller les dessinateurs en herbe : «S'il faut recommencer sa planche, il faut y aller, encore et encore. Mais avant tout, il faut se faire plaisir !»

L'Emprise, éditions Sandawe, 15€

 

Avec nos partenaires :

partenaires-makaka     Canal BD    La case à bulles  partenaires-spirou

credit mutuel
    Best western     Hauts de Seine      Galerie Maghen

Site réalisé par la mairie de Bois-Colombes - Tél. : 01 41 19 83 72 - media-info@bois-colombes.com